Il y avait le terrain aussi, qui n'avait pas été entretenu depuis au moins 20 ans. Silvain a du utiliser le girobroyeur pour passer, il y avait bien 2 mètres de ronces...

Blog__13_ 

Un autre hangar en annexe, que nous aperçevons à droite sur la photo ci-dessus, n'était pas du tout accessible, il fallait tout dégager pour approcher. Nous avons constaté qu'il était clos, pas de portes ! Lorsque nous avons réussi à défaire quelques planches pour entrer, une belle surprise nous y attendait: une faucheuse lieuse début XXe siècle était soigneusement rangée, graissée, et nous avons su qu'elle était là, murée dans le bâtiment depuis 1969, date de sa dernière moisson.

Blog__36_

Un collectionneur est venu la chercher et nous l'avons vu travailler courant juillet qui suivait. De bons moments partagés, le temps d'une remontée dans l'Histoire paysanne, une moisson d'antan, clôturée par un dîner avec charcuteries artisanales et bons plats locaux;

Devant la ferme, avait été construite une sorte de "réserve" ou était entreposé un peu de matériel de jardin courant, ce petit entrepot nous gênait, il fallait l'abattre. Une autre surprise s'y trouvait: dans une boîte métallique posée sur une étagère, une poignée de pièces de monnaie, des Napoléons! Émotion, mais de courte durée, car après expertise, ce n'étaient que de simples pièces courantes, monnaie du peuple, en cuivre, aucune valeur ! Nous devrons rembourser l'emprunt, dommage !

Blog__19_  Blog__20_

L'entrepot avant et après démolition

Toujours sur la réfection du terrain, l'espace devant les futurs gîtes s'est vu complètement transformé, nous avons fait venir environ 300 tonnes de calcaire (soit 9 camions 6 roues) pour aménager parking et cour intérieure. L'approche des véhicules était ainsi plus facile, pour continuer les travaux.

Blog__15_  Blog__17_

L'ensemble commençait à prendre forme, pour devenir les gîtes des Artivières...