Vous venez de découvrir nos gîtes, avec la prestation que nous vous offrons aux Artivières. Mais avant d'obtenir logements confortables, nous avons entièrement réhabiliter ce bâtiment; pour suivre en images et textes les travaux, suivez les pages n'hésitez pas à laisser vos commentaires.

Toute petite fille, je venais souvent en ces lieux, situés sur la commune de Sambin, au beau milieu des châteaux de la Loire, et tout près de la Sologne. Ici habitaient les voisins de mes parents, avec leur fils handicapé. Poules, vaches, un cheval composaient cette ferme qui vivait également de la vigne et de quelques terres agricoles. Mes parents s'occupaient de ces voisins et la tradition chaque année était d'aller y prendre le petit verre de goutte à chaque 1er de l'an pour mes parents, et nous, les enfants, nous avions droit au petit verre de crème de cassis; il n'y fallait point faillir !

Blog

La ferme dans les années 1850, ici, sur la photo, ce qui allait être la route,

était encore un chemin en terre.

Tout naturellement, quelques années plus tard, quand la voisine s'est retrouvée seule et très âgée avec son fils, tous deux sont venus s'installer définitivement dans de confortables chambres, chez mes parents. Alors, la ferme est restée longtemps inhabitée, jusqu'au jour ou Silvainetmoi, avons pris la décision d'en faire l'achat, notre projet de gîtes ruraux prenant forme dans nos têtes. Nous étions en janvier 2003.

Le bâtiment, composé de trois parties, habitation, écuries et grange avec le hangar attenant, offrait de belles possibilités. Un grand terrain avec verger entourait la bâtisse.

Blog__1_ Blog__2_

Ce n'était pas un mince projet, et il fallait faire une bonne étude avant de se lancerdanscette belle, mais, il faut bien le dire, coûteuse aventure ! Tout était à refaire, toiture, charpente, rien bien sûr, n'était aux normes. Ce qui était important pour nous était de conserver le caractère patrimonial du bâtiment. Dans ce secteur que l'on appelle la Sologneviticole, granit et pierre de tuffeau (la pierre de Bourré) étaient essentiellement utilisés pour les constructions de maisons. Nous avons commencé par tout vider. Nous avons mis 6 mois, pour trier, conserver beaucoup de vieux outils que l'on arrachait parfois à la terre, ou que nous découvrions derrière quelque vieux meuble âbiméousous la paille qui était restée dans les greniers. Nous avons aussi beaucoup brûlé car nous avions acheté dans l'état, et tout était resté tel que dans tout le bâtiment. Dans les écuries, nous avons trouvé des catalogues de la Redoute, des années 60 ! Nous avons même décroché des pieds de haricots en grains trouvés dans le hangar, qui séchaient là depuis 15 ou 20 ans! Ils n'ont pas fait long feu dans le brasier!

Puis, quand tout a été propre ou au moins dégagé, à partir de l'existant, il fallait tirer les plans, ce que nous avons fait sur les mesures prises dans chaque local, puis faire appel à un architecte pour les signatures officielles.Pour cela, nous avons confié les plans à un maître d'oeuvre. Une fois tous les papiers et prêts accordés, il n'y avait plus qu'à remonter nos manches, et s'y mettre. c'était en avril 2003.

Blog__4_  Blog__5_

Il a fallu faire des ouvertures dans certains pignons, entre deux zones, afin 'accéder aux pièces de par l'intérieur, puis aussi découvrir la toiture, pour commencer, la mauvaise surprise a été de s'apercevoir que la charpente était plus abîmée que l'on ne pensais. Une seule ferme de la charpente du bâtiment principal a été conservée, dans la maison d'habitation. Elle se retrouvera par la suite dans une chambre, faisant une belle décoration de ce qui deviendra un logement loué à l'année.

Une fois les toitures mises à nu, la reconstruction pouvait démarrer.

Blog__6_ Blog__7_ Blog__8_

Les travaux ont commencé du côté de la zone "habitation", au bord de la route. La toiture a été remontée en juillet-août 2003, l'été de la canicule, on s'en souvient ! Bouteilles d'eau et coups de soleil nous accompagnaient sur les echaffaudages ! Une fois terminée, nous étions assez contents du résultat !

Blog__9_ Blog__11_

De gauche à droite: les 2 premières lucarnes sont à la partie "location annuelle", puis le 1er gîte prévu pour 6 personnes est au milieu du bâtiment, et au bout, à droite, la grange deviendra un gîte pour 11 personnes. Restait le hangar, nous pensions l'abattre, mais finalement, nous avons décidé de le réhabiliter en terrasse couverte, un peu plus de travail, en somme, pas vraiment prévu, mais nous allions plus tard nous rendre compte, que nous avons vraiment bien fait de le conserver. On voit ici le début de construction du barbecue au fond du hangar.